Aussi étonnant que cela puisse paraître, si vous portez une blouse (que vous croyez être celle d’un médecin) votre capacité à vous concentrer va augmenter considérablement.

Si vous portez cette même blouse,  mais que vous croyez qu’elle appartient … à un peintre il n’y aura aucun changement au niveau de votre capacité à vous concentrer.

Voici donc les premières résultats d’une étude sur un nouveau phénomène : la science cognitive de l’habillement ou autrement dit: l’effet des habits que vous portez sur votre processus cognitif !

Le professeur Adam D. Galinsky de l’université de Northwestern, en charge de l’étude, nous explique qu’il ne suffit pas de voir la fameuse blouse mais qu’il faut la porter pour que son effet symbolique fasse son effet.

Ces trouvailles sont un pavé dans la mare de la recherche sur les sciences cognitives.

Il semble donc que l’on pense plus seulement avec notre tête,  mais aussi avec notre corps !

On connait depuis longtemps l’image que projette tel ou tel vêtement sur les autres.

Par exemple une femme qui s’habille de façon masculine à un entretien d’embauche aura plus de chances d’être embauchée. Un professeur qui s’habille de façon smart sera perçu comme plus intelligent par ses élèves.

Bien évidemment la question fondamentale est de savoir comment les vêtements que nous portons affectent notre psychologie.

Le professeur Galinsky a décidé d’aller plus loin et de réaliser trois expériences au cours desquelles la symbolique du vêtements est manipulée.

  • La première expérience met en scène 58 étudiants divisés en deux groupes. Le premier groupe porte une blouse de médecin et le second des vêtements décontractés. Il a  demandé aux deux groupes de trouver des incohérences dans un texte … Le premier groupe en a trouvé deux fois plus.
  • Dans la deuxième expérience, 74 étudiants ont été divisés en 3 groupes. Le premier groupe porte une blouse de médecin, le deuxième porte une blouse de peintre et le troisième doit simplement regarder une blouse de médecin. On leur demande ensuite  de regarder deux images similaires et de trouver les différences le plus rapidement possible.

Le premier groupe est celui qui en trouve le plus, le deuxième et le troisième arrivent ex-aequo.

  • La dernière expérience a pour but de confirmer ces résultats. Cette fois-ci , le troisième groupe doit regarder, pendant un certain temps,  une blouse de médecin posée sur le bureau devant eux.

On demande ensuite aux trois groupes d’écrire une rédaction sur les blouses.

Encore une fois le premier groupe démontre des qualités rédactionnelles bien supérieures.

« Il faut porter le vêtement, le voir sur soi et le sentir sur sa peau pour qu’il influence notre psychologie » nous dit le Professeur Galinski.

Pour continuer sur cette voie,  sa prochaine étude sera l’impact à long terme que peuvent avoir les vêtements de travail sur les individus.

En effet que se passe-t-il psychologiquement en vous lorsque vous portez pendant des années un uniforme de policier, une blouse d’infirmière ou une soutane ?

Pensez bien à votre tenue lors de votre prochain rendez-vous professionnel … mais évitez quand même la blouse !